Zoom sur les matériaux de la bijouterie

Vous aussi vous avez déjà craqué pour une bricole trop mignonne sur un marché d’été ? Oui, moi aussi. Et quelle déception lorsque le joli bijou s’est oxydé après tout juste 2 semaines …

Chez Pepette et Coquette nous savons que vous désirez des bijoux qui durent mais toujours au juste prix, et c’est pourquoi la sélection des matériaux et des composants représente une grosse partie de notre travail.

Chaque descriptif de bijou de la boutique donne le détail des matériaux utilisés : du laiton jusqu’au plaqué or, en passant par l’acier inox, le zamac ou le gold-filled … il est parfois difficile d’y voir clair alors on fait le point !

L’or : L’or pur est trop mou pour être travaillé tel quel. Les bijoux dits en or sont donc en réalité confectionnés avec un alliage réalisé par fusion et dont les proportions déterminent la couleur finale : argent, cuivre, zinc, manganèse, platine, palladium … pour donner l’or blanc, jaune ou rose.
On évalue la proportion d’or pur dans l’alliage final avec les carats, 24k décrivant l’or pur. Ainsi, l’or 750/1000 ou 18 carats est au trois quarts composé d’or et représenté par le poinçon en tête d’aigle. L’or conserve sa couleur et sa brillance et peut durer toute une vie dans des conditions normales.

L’argent : C’est un peu pareil pour l’argent qui n’est pas utilisé pur mais est associé par fusion au cuivre pour constituer la matière communément utilisée en bijouterie. L’argent 925 est composé à 92,5% d’argent et 7,5% de cuivre et vous trouvez en principe la gravure 925 ou le poinçon tête de minerve pour en authentifier la composition. On le trouve aussi sous l’appellation argent sterling ou argent massif.
Il est normal que l’argent se patine avec le temps : il s’oxyde et perd sa brillance. On aime ou pas, et il existe des produits d’entretien pour lui rendre son éclat. Il bénéficie parfois d’un fin placage de rhodium qui ralentit l’oxydation, c’est l’argent rhodié.

Le vermeil : Il s’agit d’une base en argent 925 ayant reçu par électrolyse un plaquage d’or d’une épaisseur minimum de 5 microns. Matière un peu oubliée et rétro, elle est pourtant très noble.

Le Gold-Filled : Directement venue des états-unis où elle est très courante, cette finition est de plus en plus fréquente chez nous. Une couche épaisse d’or est appliquée mécaniquement sur un support en métal commun ou en argent, et le poids d’or appliqué correspond finalement à 1/20 du poids total.
Le gold-filled présente donc l’avantage d’être encore plus résistant que le plaqué or puisque la couche d’or y est plus épaisse : de 50 à 100 fois plus d’or dans le gold-filled que dans le plaqué or !
Dans des conditions normales, il peut durer toute une vie et remplacer avantageusement l’or 18k mais pour un budget plus abordable. Une gravure 1/20 figure parfois sur les bijoux en gold-filled

Le plaqué or : Une couche d’or est appliquée par un procédé électrique ou chimique sur un autre métal, généralement de l’argent, du cuivre ou du laiton. L’épaisseur du placage doit être d’au moins 3 microns pour mériter l’appellation réglementaire « plaqué or » et le poinçon carré correspondant.
Il donne une belle illusion du bijou en or et ternira d’autant moins vite que la couche d’or est plus épaisse (préférer le 5 microns par exemple).

Doré à l’or fin : Lorsque le placage d’or est inférieur à la limité ci-dessus on parle de doré à l’or fin, ou de plaquage flash. En réalité la couche d’or est généralement de 1 micron et donne une dorure assez fragile mais bien adaptée pour les bijoux fantaisie, ceux de tous les jours à budget raisonnable.

Le plaqué argent : C’est l’appellation retenue lorsqu’une couche d’au minimum 10 microns d’argent est apposée par électrolyse sur un métal commun, comme le cuivre ou le bronze. Comme l’argent massif, le plaqué argent s’oxydera et perdra son éclat avec le temps.

L’acier inox : Il s’agit d’acier (mélange de fer et de carbone) auquel on ajoute 10,5% de chrome qui le rend inoxydable. Il combine donc robustesse et inaltérabilité, et cela en fait une matière particulièrement appréciée. Il existe une multitude de variétés différentes d’acier inoxydable dont notamment l’acier chirurgical utilisé pour les piercings. On trouve de l’acier inox en finition doré ou doré rose en plus du traditionnel argenté.

Le zamac (ou zamak) : Son nom lui vient de ses composants puisque c’est un mélange de Zinc, Aluminium, Magnésium et Cuivre. Robuste et doré, il offre une bonne résistance aux frottements et ternira moins vite que du laiton brut.

Le laiton : Mélange de cuivre et de zinc, connu depuis la préhistoire, le laiton a une jolie couleur dorée et offre la souplesse parfaite pour être travaillé en bijouterie ; en revanche il peut s’oxyder assez rapidement.

Conclusion :
Excepté l’or qui offre une excellente (mais onéreuse) durabilité, tous les matériaux méritent un minimum d’entretien et il convient de retirer ses bijoux avant de se laver, de se baigner, de faire du sport ou d’appliquer crèmes et parfums. Le mieux est même de les retirer pour dormir. Si nécessaire le nettoyage se se fera à simplement à l’eau savonneuse avant un essuyage avec un chiffon doux. Enfin, leur écrin permettra de les garder à l’abri de l’humidité et de la lumière lorsque vous ne les portez pas.

Pour finir, le bijou s’oxydera plus ou moins rapidement selon que votre peau est plus ou moins acide. C’est injuste mais c’est ainsi et c’est pourquoi les conseils ci-dessus sont d’autant plus utiles !

Voilà, vous savez maintenant tout (ou presque) sur les matériaux utilisés en bijouterie.
Chez Pepette et Coquette nous détaillons les matériaux utilisés dans chaque fiche et nous vous proposons de jolis bijoux à un budget abordable.

Cet article vous a plu ? Laissez un commentaire ci-dessous.
Vous avez une question ? contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *